Apprentissage

Fermer Fiches Méthodes

Fermer Fiches Logiciels

Révisions
Sujets corrigés
Travaux Pratiques
Examens

Fermer TPE

Fermer ECE (TP)

Fermer Bac (Ecrit)

Fermer Bac (Oral)

Horloge Marées

Thème 1A3 - Evolution Biodiversité - Sujet II-2 Pondichéry 2014

sml_TS.gif

Le tambalacoque (Calvaria major) est un arbre endémique de l'île Maurice, c'est à dire qu'il n'existe que sur cette île.
En 1973, l'espèce était en voie de disparition : il ne restait en effet que 13 spécimens, tous âgés de 300 ans.
Le professeur américain Stanley Temple défendit l'explication selon laquelle la disparition au XVIIe siècle d'un "gros dindon" endémique de l'ile Maurice, le dodo (Raphus cucullatus), se nourrissant de graines et de fruits, pouvait être mise en relation avec celle du tambalacoque. Il émit l'hypothèse que pour germer ces graines devaient transiter par le système digestif du dodo. Ainsi, l'extinction de cet animal condamnait le tambalacoque à la disparition.

Rechercher des arguments favorables à l'existence d'une relation de dépendance exclusive du tambalacoque envers le dodo, défendue par Stanley Temple et montrer que cette idée divise la communauté scientifique.

Votre réponse s'appuiera sur l'exploitation du dossier et l'utilisation de connaissances.

Documents de référence

tambalacoque1.jpg

Gravure de dodo (fin du XVIIIe siècle) 

tambalacoque2.jpg

Tambalacoque (Calvaria)
Source : http://svt.ocean-indien 

Photographie de fruits de tambalacoque
tambalacoque3.jpg

Document 1 : Extrait de "Le pouce du panda" Stephen Jay Gould

Les gros fruits du tambalacoque, qui ont quelques cinq centimètres de diamètre, sont composés d'une graine enveloppée dans un tégument dur d'environ un centimètre d'épaisseur. Ce tégument est entouré par une chair juteuse et succulente recouverte par une fine peau externe. Selon les conclusions de Temple, les graines de tambalacoque ne parviennent pas à germer à cause de l'épaisseur du tégument (...).
Les premiers explorateurs ont écrit que le dodo se nourrissait des fruits et des graines des grands arbres des forêts. Le dodo avait un "estomac" puissant, rempli de gros cailloux, qui pouvaient abraser et écraser les aliments durs. (...) Temple estima que les téguments des graines de tambalacoque étaient assez épais pour résister à l'écrasement mais pas à l'abrasion (...) .
Les dodos auraient fort bien pi régurgiter les téguments, ou leur faire poursuivre leur chemin dans l'appareil digestif (...).

D'après S. Jay Gould, Le pouce du panda (1996)

Document 2 : Les conditions de germination des graines de genévrier

Chez les plantes sauvages, la germination des graines est généralement empêchée par la présence d'un tégument épais, dur et imperméable.
Des suivis de germination ont été réalisés pendant 120 jours sur des graines de genévrier dans différentes conditions. L'abrasion au papier de verre permet d'user les téguments des graines.

 

D'après http://biologie.ens-lyon.fr

tambalacoque4.jpg

Document 3 : Alimentation des oiseaux endémiques et des oiseaux introduits sur l'île de Nouvelle Zélande.

Une étude a été réalisée, en Nouvelle Zélande, sur le rôle des oiseaux dans la dispersion des graines de plantes endémiques (Podocarpus halli) et de plantes introduites par l'Homme. Pour cela on a capturé des oiseaux endémiques, comme le Méliphage carillonneur (Anthornis melanura), et différentes espèces de passereaux introduites par l'Homme.

 

D'après Williams and Karl, fruit in the diet of birds New Zealand, Journal of ecology (1196)

tambalacoque5.jpg

Document 4 : Extrait de "Le pouce du panda", Stephen Jay Gould

Le docteur Owadaly du service mauricien des forêts mit sérieusement en doute la thèse de Temple dans un commentaire technique publié dans la revue Science (...).
(...) Le service des forêts étudie et réalise depuis quelques années la germination des graines de tambalacoque sans intervention d'aucun oiseau.
De plus, un inventaire des forêts tropicales des hautes terres dressé en 1941 a montré qu'il existait une population assez importante de jeunes plants de tambalacoque qui avaient certainement moins de soixante-quinze ans. L'extinction du dodo remonte à 1675 ! (...).

D'après S. Jay Gould, Le pouce du panda (1996)

 

Corrigé


Date de création : 17/06/2014 @ 15:42
Dernière modification : 17/06/2014 @ 16:58
Catégorie : Thème 1A3 - Evolution Biodiversité
Page lue 3186 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Météo
Calendrier / Agenda
Heure locale

Membres inscrits

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 48 membres


Connectés :

( personne )
Actu. sciences
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
^ Haut ^